Chargement du lecteur...

Culture

L'autre visite

Une pendule pour l'éternité

Secondes, minutes, heures ... mais aussi jours, mois, année, position de la lune... et même... système solaire selon les principes de la révolution copernicienne. En 1749 à l'Académie des Sciences, la présentation de l'horloge de Passement est une première mondiale en matière d'astronomie. Son génial concepteur a pris en compte planètes, satellites, années bissextiles, et jusqu'au passage à l'an 2000, ce que la pendule fera sans bug. C'est sans doute le seul objet à avoir été conçu avec autant d'anticipation sur les événements. Toujours à l'affût des progrès scientifiques, Louis XV l'installe à Versailles en 1754 dans le cabinet qui porte aujourd'hui le nom de " cabinet de la Pendule ". C'est qu'à Versailles on ne plaisante pas avec l'étiquette. La vie de la cour dépend du rythme que lui imprime le souverain : ses actes publics, audiences, rituels du lever, du déjeuner, du coucher, ... doivent être coordonnés avec précision. Méridien de Paris A une époque où le soleil à son zénith reste la seule référence au temps qui passe, l'invention de l'ingénieur Passement, permet que le protocole soit réglé .... comme une horloge. Pendule de Passemant, 1749 Ingénieur : Claude-Siméon Passemant Horloger : Louis Dauthiau Bronzier : Jacques Caffieri (1678-1755) et Philippe Caffieri (1714-1774) (Père et fils) Cabinet de la pendule, Petits appartements du Roi

Publié le 5 février 2020

00 : 02 : 00

Tous publics